Les Fiefs de Fornhor Index du Forum
Les Fiefs de Fornhor
Forum officiel du module NWN Les Fiefs de Fornhor
 
S’enregistrer
FAQRechercherMembresGroupesProfilSe connecter pour vérifier ses messages privésConnexion

Le poing d'interrogation

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Les Fiefs de Fornhor Index du Forum -> Archives -> Catégorie test -> Le module -> Journal -> Archives
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Unoma
Joueur

Hors ligne

Inscrit le: 09 Aoû 2012
Messages: 4
Localisation: Lyon
Faction: A confirmer
Race: Humain
Profession-Classe: Moine
Sexe: Masculin
Religion: Polythéiste
Revenus: 252
Moyenne de points: 63,00

MessagePosté le: Jeu 9 Aoû - 14:55 (2012)    Sujet du message: Le poing d'interrogation Répondre en citant

Unoma est un vieil homme qui ne peut physiquement cacher son lourd passé. Le passé d'un homme de combat. Les beaux restes de sa carrure athlétique en témoignent.


Ce vieillard, c'est Unoma. On peut toujours lui demander son nom, lui même ne le connaît pas. Abandonné très jeune à la crasse d'Eugide, l'enfant a vite dû apprendre à se débrouiller par lui même. Ses prédispositions physiques lui ont toujours donné un très net avantage sur les individus de son âge. Pas par sa taille, mais par son volume musculaire. Un physique taillé dans le marbre. Une puissance exceptionnelle. C'est donc à grands renfort de gnons qu'Unoma se défendait, et il finit par intégrer un groupe de voyous. Eux volaient, mais lui, que ça répugnait, se contentait de les protéger quand on leur cherchait des problèmes. En échange de cette protection, il était nourri.


Ca vaut ce que ça vaut, mais ça lui a permis de survivre et de se faire remarquer par un trafiquant réputé, Basti. L'homme le prit en charge et à l'adolescence l'introduisit dans des cercles de combat. Après une période d'apprentissage difficile où son tempérament déterminé fut mis à rude épreuve, Unoma commença à se tailler une réputation. Le travail payait, et Basti, par le biais des gains des combats et des paris, s'enrichissait rapidement. Unoma commença à voyager, écumer les villes, les arènes. L'enrichissement était exponentiel. Attirant les convoitises... Quand certains concurrents s'en prirent à Basti, Unoma refusa de le protéger : on n'a que ce qu'on mérite. A s'enrichir sur son dos, il avait attiré les foudres de la justice, et en refusant de le protéger, Unoma estima obtenir vengeance et juste réparation. Tous ces efforts, ses souffrances, méritaient bien cette conclusion à ses yeux.


La renommée d'Unoma lui permit, malgré cet "incident", de poursuivre sa carrière de lutteur. Il est alors au sommet de son art. Ses poings sont des marteaux fracassant les mâchoires de ses adversaires, son menton absorbe les coups comme un pavois, son oeil discerne chaque faille dans la défense de l'adversaire, et ses jambes propulsent son corps à une vitesse fulgurante.
Cependant, la lassitude le gagnait. Il le savait, il ne serait pas éternellement un grand lutteur. Et quel sens avait au final cette vie entre le sable des cercles de combat et les lits luxueux qui n'étaient que des étapes de repos ? Un énième combat clôtura sa carrière. Il avait remarqué la garde basse côté gauche de son adversaire. Il avait compris que là se cachait une peur, une faiblesse. Longtemps, il harassa son adversaire de crochets du gauche, de coups de pied et de genoux à la taille, afin de l'obliger à dévoiler un léger angle. Quand il l'obtint, un premier crochet du droit, très rapide, tomba sur les côtes, faisant s'affaisser l'adversaire, suivi d'un beaucoup plus puissant dans lequel le bruit sourd d'os craquant résonna. L'adversaire était perdu, la douleur devait le transpercer. Un premier direct du droit au visage lui explosa la lèvre supérieure, suivi d'un uppercut du gauche qui brisa sa mâchoire. Le pauvre vaincu s'effondra. Cependant il était conscient. Se recroquevillant sur lui même en positon foetale, il se mit à sangloter, puis pleurer. C'est à ce moment là qu'Unoma décida d'arrêter la lutte.


Combien de combats avait-il ainsi gagné ? Combien de lutteurs à jamais vaincus ? Et de fait fait combien de destins brisés ? De vies volées ?
Il était temps pour Unoma de retrouver un sens à son existence. Il n'avait jamais fait que se battre, et depuis qu'il avait appris la différence entre crochet et uppercut, il ne s'était focalisé que là dessus. Lui qui trouvait si juste les principes de vengeance et de mérite, que méritaient-ils pour l'ensemble de son oeuvre ? Unoma devait s'isoler afin d'y réfléchir. Il choisit de revenir aux alentours de Lyon, sa ville natale. Cependant il mit des années, s'arrêtant de monastère en monastère afin de découvrir comment ces hommes, vivant par le corps, développait leur esprit. Une longue quête au propre sens de sa vie.Cette quête doit s'achever à Lyon, point de départ de son errance.


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Jeu 9 Aoû - 14:55 (2012)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Les Fiefs de Fornhor Index du Forum -> Archives -> Catégorie test -> Le module -> Journal -> Archives Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
Thème Silver Orange imaginé et réalisé par Branwen